L'IMMOBILIER SUR TOULOUSE,VILLEMUR SUR TARN ET L'AVEYRON
24 déc

Comment sont les prix dans l’immobilier en Aveyron ?

Comment sont les prix dans l’immobilier en Aveyron ?

Si vous souhaitez acheter un bien immobilier dans l’Aveyron, sachez que les prix progressent partout en France. Si l’année 2017 a été une année très fructueuse en termes de ventes immobilières, elle s’est malheureusement révélée être celle où les prix, sous la pression de la demande, sont repartis à la hausse.

Les prix des appartements
Au troisième trimestre 2017, les prix des appartements anciens progressent de 5,1% sur un an. Cette reprise, amorcée depuis le deuxième trimestre 2016, s’accentue chaque trimestre (+3,7% au 2e trimestre 2017, +3% au 1er trimestre 2017, +1,6% au 4e trimestre 2016). Cette augmentation est plus forte en Île-de-France, avec +5,8% sur un an, qu’en province (+4,5% sur un an). Cette différence s’explique par le fait que les prix ont commencé à se redresser plus tôt en Île-de-France (dès la fin 2015) ; alors qu’en province le redressement a démarré mi-2016.

Les prix des maisons anciennes
Sur un an, les prix des maisons anciennes continuent de se redresser : +3,1% entre le troisième trimestre 2016 et le troisième trimestre 2017. Contrairement aux appartements, cette progression est légèrement plus accentuée en province (+3,1%) qu’en Île-de-France (+2,7%). Les prix au 3e trimestre 2017 restent en deçà des niveaux du 4e trimestre 2011 aussi bien en province qu’en Île-de-France.

Des budgets très variés
Avec un budget de 150 000 €, un acquéreur peut opter pour un appartement de 2 pièces à Nice ou de 3 pièces à Franconville. Il peut également prétendre à une maison de 4 pièces à La Roche-sur-Yon ou de 3 pièces aux Mureaux. Avec un budget de 250 000 €, il pourra jouir d’un appartement de 3 pièces à Strasbourg ou d’une maison de 4 pièces à Villeneuve-le-Roi. Enfin pour 500 000 €, un acquéreur peut disposer d’un appartement de 4 pièces à Lyon ou à Versailles, ou bien encore d’une maison de 6 pièces à Nantes ou à Bussy-Saint-Georges.

O.D. / Bazikpress © julien tromeur

Article précédent


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée